Paroles

1 – Personne n’est parfait
(E. Mouret / R. Baccherini)

Personne n’est parfait
Je ne vais pas me maquiller
Je n’veux pas me manquer
S’il faut avancer
Pourquoi partir à l’opposé
Du passé

Si dans mes atomes
Traînent quelques données
Un foutu syndrome
Je ne vais pas l’oublier
J’connais des fantômes
D’invisibles idées
Depuis que j’suis môme
Moi j’aime bien leur parler

Personne n’est parfait
C’est juste un vieux compte à régler
Une affaire privée
S’il faut s’approcher
De soi, pourquoi cacher les clés
Du passé

Si dans mes atomes
Traînent quelques données
Un foutu syndrome
Je ne vais pas l’oublier
J’connais des fantômes
D’invisibles idées
Depuis que j’suis môme
Moi j’aime bien leur parler

3 – J’écris noir sur noir
(E. Mouret / R. Baccherini)

J’écris une lettre
Que je ne t’enverrai jamais
Aucune adresse à livrer
Au dos de ce doux billet

J’écris noir sur noir
J’écris, peux-tu le croire
A l’encre invisible
Pour que tu ne puisses la voir

Et je murmure ces mots
Que je garderai pour moi
Je mets serrure et rideaux
Cachant mon cœur maladroit

J’écris noir sur noir
J’écris, peux-tu le croire
Au soir, des pages entières
Planquées dans mes armoires

Tout ce papier pour se taire
Et partir au combat
J’ai la plume solitaire
Je suis un bon soldat

J’écris noir sur noir
J’écris, peux-tu le croire
A l’encre invisible
Pour que tu ne puisses la voir

5 – Démolir l’ennui
(N. Kaufmann / R. Baccherini)

On n’peut pas vivre comme ça
On n’peut pas
Seulement toi
Et toi et moi
Il nous faut du dehors
Des rivières, des efforts
Se voir dans d’autres yeux moins bleus

On n’peut pas vivre comme ça,
De l’amour, mon amour
S’embrasser toutes les nuits, les jours
Car à trop se serrer
On pourrait se casser
Le diable je ne veux pas tenter

Alors allons-y
Sortons les fusils
Pour démolir l’ennui qui
S’attache aux amoureux oui
Tout doit tanguer
Comme les bateaux

On n’peut pas vivre tout l’temps au dedans
Dans la chaleur des sentiments
Car pour se retrouver
Il faut bien se laisser
C’est ainsi que nous sommes faits

On n’peut pas vivre comme ça
C’est dommage, on n’peut pas
Seulement toi
Et toi et moi
C’est ça le b.a.-ba de l’amour mon amour
C’est tout cela que tu ne sais pas

Alors allons-y
Sortons les fusils
Pour démolir l’ennui qui
S’attache aux amoureux oui
Tout doit tanguer
Comme les bateaux

On n’peut pas vivre comme ça
On n’peut pas
Seulement toi
Et toi et moi

2 – Une presque chanson d’amour
(N. Kaufmann / R. Baccherini)

J’ai fait une chanson pour toi
Fragile muette et sauvage
Un peu d’herbe des près
Pour mettre à tes yeux
Les images que j’ai dans la tête
Une presque chanson d’amour
Pour que l’air s’enroule autour
De toi, de tes pensées
Pour que tu me suives
Et m’emmènes, que nos mains se comprennent

Je fais ce pas
mais pas à pas
vers une presqu’ histoire d’amour
Quand tu va l’entendre
Peut être qu’il fera jour
Pas d’quoi s’foutre en l’air
pour quelques mots nécessaires
Voici par le courrier du jour
ma presque chanson d’amour

J’ai là cette chanson pour toi
Fragile au souffle coupé
Qui cherche à te trouver
Pour mettre à tes yeux
Les images que je vois en moi
Une presque chanson d’amour
Pour que l’air s’enroule autour
De toi, de tes pensées
Pour que tu me suives
Et m’emmènes, que nos mains se comprennent

Une chanson
Pour te plaire
Quelques mots lancés dans l’air
Quand tu vas l’entendre
peut-être qu’il fera clair
pas d’quoi s’foutre en l’air
pour quelques mots sans manière
je sais que viendra mon tour
pour une presqu’ chanson d’amour

4 – Les jolies choses
(E. Mouret / R. Baccherini)

J’ai pour les jolies choses
Comme un goût souverain
Un appétit vaurien
Un parti pris qui vient de loin

Nul doute je dispose
De plaisirs clandestins
Les rêves un peu félins
L’humeur couleur cajun

Si dans tout ce que j’aime
Tu ne veux pas laisser ta trace,
J’abandonne les reines
Du tandem,  même, même…

Si pour les jolies choses
Je suivrais tous les chemins
Les quartiers souterrains
Les baies brumeuses au matin

Il est des vies qu’on ose
Faites de presque rien
Pourvu qu’on ait quelqu’un
La voix douceur satin

Si dans tout ce que j’aime
Tu ne veux pas laisser ta trace,
J’abandonne les reines
Du tandem,  même, même…

Si dans tout ce que j’aime
Tu ne veux pas prendre une place,
J’abandonne les reines
Du tandem,  mais, quand même…

J’ai pour les jolies choses
Un appétit vaurien